• Nous contacter

  • Vous êtes journaliste ? Contactez-nous à l'adresse suivante : presse -at- paradisblanc.com

Vous êtes journaliste ?

Contactez nous à l'adresse suivante :

presse -at- paradisblanc.com

Ils parlent de nous

Reportage sur France 3 Nord Pas de Calais - JT 19/20 - Le Plus - 31 novembre 2013

Article dans le quotidien Le Figaro - 4 novembre 2013

Le deuil digital, mode d'emploi

Anne-Sophie Tricart et Cédric Marchal ont créé, à seulement 24 ans et 29 ans respectifs, un site (www.paradisblanc.com) où les endeuillés peuvent créer et «faire vivre» le mémorial de leur disparu. «Je venais de perdre mon père et je souffrais de ne pas trouver de lieu libre de tout caractère religieux ou d'imagerie mortifère pour exprimer mes émotions, en parler», explique la jeune femme. Deux ans après, 7 000 membres ­environ font vivre 1 500 mémoriaux en ligne, les disparus ont un «journal de vie», des messages et des photos sont mis en ligne pour évoquer leur souvenir. Les espaces commémoratifs y sont à la fois positifs, esthétiques et… très vivants. Ce nouveau champ semble bien répondre au besoin des endeuillés d'être à la fois actifs et réunis face au deuil qui les a frappés. «Quand la personne que vous aimiez a été incinérée ou que le cimetière est loin ; quand toute la famille est éclatée aux quatre coins du pays ou même du monde, se retrouver sur la Toile dans un espace dédié à nos disparus est très libérateur», confie Anne-Sophie Tricart.

> Voir l'article en entier

Article dans le quotidien Le Parisien / Aujourd'hui en France - 1er novembre 2013

Internet entre au cimetière

C’est un drôle d’espace, poignant et paradoxalement très vivant. On y navigue comme dans les allées d’un cimetière, non pas de tombe en tombe mais de photo en photo. Gérard, 58 ans, tout sourire comme sur une page Facebook, est décédé en juin 2012. Sa fille Virginie a créé son mémorial d’un clic six mois plus tard sur le site ParadisBlanc.com et, depuis, des bougies y vacillent et y fondent virtuellement toutes les semaines, assorties d’hommages de la famille et des amis. Jamais vraie tombe ne sera aussi fréquentée : le mémorial de Gérard affiche 4 562 visiteurs, qui laissent des messages vivants et spontanés : « Tu sais papy, quand je vois une étoile dans le ciel je sais que c’est toi, bisous. »i> Gérard fait partie des 1 500 défunts enregistrés sur ce site où 7 800 membres se recueillent très régulièrement et ont déjà allumé quelque 50 000 bougies virtuelles. Michael Jackson ou la petite Fiona y ont droit à leurs bougies et à leurs bisous.

> Voir l'article en entier

Le Progrès - Edition Loire - 23 octobre 2013

Paradis Blanc - Créer un mémorial en ligne

Ne pas faire mourir définitivement un être cher, garder vivant le souvenir d’un proche, créer un mémorial lorsqu’il n’y a pas de lieu pour parler à une personne disparue. Comme ces milliers de personnes qui, chaque année, sont démunies face à la mort, Cédric et Anne-Sophie ont vécu cette épreuve [...].Cédric et Anne-Sophie ont créé un mémorial en ligne pour que des familles puissent partager des souvenirs, des photos, des vidéos, ces moments inoubliables qui permettent de rendre hommage à ceux qui sont partis[...]. En créant un mémorial, les familles et les amis perpétuent la mémoire de leur défunt. Un espace paisible, loin de l’image sinistre que nous avons de la mort.

> Voir l'article en entier

France Dimanche - 15 octobre 2013

L'éloignement des cimetières ou l'absence de lieu de recueillement lié à la dispersion des cendres peuvent également être des raisons pour les proches d'ouvrir un mémorial virtuelstrong> : une page internet dédiée à la personne disparue. Chacun pourra y trouver du réconfort dans le partage de souvenirs et de photos : "Ces nouveaux espaces virtuels permettent de créer du lien collectif et de trouver du soutien". Notre choix : wwww.paradisblanc.com, gratuit, permet de poster des photos, des vidéos et même d'allumer des bougies virtuelles.

> Voir l'article en entier

Reportage sur Grand Lille TV - Journal du soir - 1er octobre 2013

Reportage dans Les Maternelles sur France 5 - 10 décembre 2012

Article sur Citazine.fr - 1er novembre 2012

Mémoriaux virtuels, le deuil version 2.0

"Cédric Marchal a créé Paradis Blanc il y a un an. Au départ, un constat : ceux que l’on a perdus sont parfois enterrés loin, et il n’est pas toujours facile d’aller se recueillir sur leur tombe. « Le cimetière a un côté funéraire et morbide, il renvoie aux images de la mort. Mais lorsque nous évoquons des proches disparus, nous aimons parler des moments positifs. On a tendance à se focaliser sur la fin de vie, mais on peut aussi faire son deuil sans marbre ni couronnes de fleurs», indique Cédric Marchal. Il prend exemple sur les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, où les sites de commémoration sont nombreux, présents depuis des années. ".

> Voir l'article en entier

Article dans le Dauphiné Libéré - Edition Annecy - 1er novembre 2012

Il a créé un site qui propose un mémorial virtuel

"Quand Cédric Marchal, 28 ans, a créé ce site, il ne pensait pas que ses membres seraient des parents pour la grande ma­jorité. Il s’attendait à recevoir des témoignages de petits en­fants pour leurs grands ­pa­rents. Aujourd’hui, il totalise 3200 membres, soit qu’ils ont consti­tué un mémorial soit contribué à son animation[...]. C’est parce qu’il n’arrivait pas à comprendre comment on pouvait dignement rendre hommage à un défunt sur Fa­cebook, (à côté d’une page sur la téléréalité ou d’une marque de l’agroalimentaire, dit-­il) qu’il a donné naissance à ce si­te dédié. Avec la volonté d’as­socier le décès à des symboles de vie".

> Voir l'article en entier

Reportage sur France 3 Bourgogne Franche-Comté - Emission ZAPPEZ+ NET - 3 novembre 2012

Le Dauphiné Libéré - Edition Valence - 1er novembre 2012

A Valence, un "paradis blanc" pour son père décédé

"J’ai créé une page sur le site internet “Paradis Blanc” pour montrer mon père tel qu’il était. Le cœur sur la main, très sociable, aimant les siens… [...] Le mémorial numérique est un lieu de partage, vivant et interactif. On raconte. On fait vivre et donne corps aux souvenirs. [...] Son entourage a été séduit par l’idée. Ses sœurs, son frère et sa maman laissent d’ailleurs régulièrement des messages expliquant combien l’être cher manque à leur vie.[...] « C’est la même chose que les nécrologies et les billets d’anniversaires dans les pages carnet d’un journal. Si certains ne comprennent pas la démarche, ce n’est pas grave. Je sais que mon père aurait apprécié… »".

> Voir l'article en entier

Article dans Le Journal de Saône-et-Loire - 1er novembre 2012

"Sur la page d'accueil, cela respire la sérénité. Ce site web a pour but de rendre hommage à une personne décédée toujours trop tôt.[...] Ces stelles du web diffèrent d'un hommage au cimetière, la personne qui n'est plus de ce monde est alors illuminé par les petits mots d'amour ou d'amitié, les bougies allumées, le journal de sa vie... Toutes ses rubriques créent plus qu'une page mais véritablement un lien d'affection avec la personne décédée...".

> Voir l'article en entier

Article dans le quotidien Le Parisien / Aujourd'hui en France - 1er novembre 2011

L'internet post-mortem existe déjà

"La plupart des sites qui osent associer deuil et Internet tablent sur un besoin des proches de retrouver celui ou celles qu'ils ont aimé(e). [...] Sur Paradisblanc.com, on peut ainsi déposer ses doléances, échanger des souvenirs et... allumer des bougies virtuelles sur la page du défunt (qui fondent au fil des heures, si si)."

> Voir l'article en entier