Les plus belles citations sur la mort et le deuil

Quand on vit un deuil, ou quand on repense à nos disparus, il est parfois difficile de mettre des mots sur notre ressenti et nos émotions. Les citations d’illustres personnages historiques peuvent nous permettre de retranscrire les pensées que nous avons au fond du coeur, mais aussi d’envisager la mort et le deuil sous un jour différent. Voici une sélection des plus belles citations sur la mort :

Le vrai tombeau des morts c’est le cœur des vivants.
Jean Cocteau

La mort n’a rien de tragique. Dans cent ans, chacun de nous n’y pensera plus.
Boris Vian

Ce pays inconnu d’où nul voyageur ne revient.
William Shakespeare

La vie est un rêve dont la mort nous réveille.
Hodjviri

La mort est le commencement de l’immortalité.
Maximilien de Robespierre

Je ne vois pas pourquoi on ferait un travail de deuil. On ne se console pas de la mort de quelqu’un qu’on aime.
Michel Houellebecq

Vous êtes en deuil ? Vous subissez la perte d'un proche ?

Rejoignez vite notre communauté d'aide au deuil et les 14 000 personnes qui s'entraident chaque jour ! Il suffit de créer un mémorial en ligne gratuit, dédié à votre proche.

C'est trés simple, renseignez le prénom et le nom de votre ange et cliquer sur le bouton :

La mort n’est pas un terminus, mais une correspondance.
Anonyme

Ce que nous pensons de la mort n’a d’importance que par ce que la mort nous fait penser de la vie.
Charles de Gaulle

Nos morts continuent à vieillir avec nous.
Pablo Ruiz Picasso

Pour savoir ce qu’il y a après la mort, il suffit de savoir ce qu’il y a avant la vie.
Théo Zachmann

Il faut penser quelquefois à la mort, cette seule pensée peut nous aider à bien vivre.
Chevalier de Méré

Il faut toute la vie pour apprivoiser la mort.
Romain Guilleaumes

Et vous ? Connaissez-vous d’autres citations sur la mort et le deuil qui ont une résonance particulière à vos yeux ?

Vous êtes en deuil ? Vous subissez la perte d'un proche ?

Rejoignez vite notre communauté d'aide au deuil et les 14 000 personnes qui s'entraident chaque jour ! Il suffit de créer un mémorial en ligne gratuit, dédié à votre proche.

C'est trés simple, renseignez le prénom et le nom de votre ange et cliquer sur le bouton :

À propos de l'auteur

Cédric Marchal

Créateur de Paradis Blanc

51 commentaires

  1. Chut 10 janvier 2012 - 21h21 Répondre

    Pour les gens t’as douleur n’est pas réelle tant qu’elle n’est pas visuelle…
    Ni le ciel, ni les étoiles ne m’éloignent de toi.. <3

  2. martine 13 février 2012 - 14h37 Répondre

    ABSENCE
    Où seras-tu demain?
    Vers quels lointains rivages
    Feras-tu le voyage
    M’éloignant de ta main?
    S’il fallait que tu partes,
    Si c’était ton destin,
    Je cacherais mes larmes
    Et je ne dirais rien.
    Je sourierais parfois
    Pour ne pas perdre la face

    SI TU SAVAIS EN MOI
    CE QUE TU TIENS DE PLACE

  3. patricia 2 février 2013 - 00h12 Répondre

    ce n’est pas vraiment une citation .. ça me rappelle mon papa décédé le 18 novembre 2012, oui c’est très recent et je m’en remet pas ..

    Papa est mort. Je repose le combiné du téléphone. Ma main n’a jamais été aussi lourde
    Je sens quelque chose qui s’échappe de mon corps. Quelque chose d’immatériel, un sorte de principe vital. Comme si on pompait mon âme.
    Je l’aperçois. Il est vivant. Il est en train de lire le journal. Depuis qu’il ne peut plus marcher, il a retrouvé la fragilité des gosses. Papa est mort.. Un père ne peut pas mourir. Il peut vieillir, perdre l’usage de ses jambes, perdre la mémoire, même, mais il ne peut pas mourir. On se prépare à l’idée qu’il va partir, on se dit même que la mort vaut mieux que la perte de l’autonomie, mais ce ne sont que des mots.
    On se dit que ça va durer encore longtemps.
    Et puis le téléphone sonne…. Papa, c’est fini. Il est mort. Tout devient irréel. Oui, j’ai compris qu’il est mort et je commence à pleurer. Mais une force, en moi, résiste et ne veut pas savoir. Elle me dit que ce n’est pas vrai. Quelque chose s’effondre silencieusement, doucement, douloureusement, dans mon intimité, comme si un parasite siphonnait ma substance.

  4. Fati fleur 13 mars 2013 - 21h46 Répondre

    C’est le moment ou commence un flach back ,ou nous negeons dans un monde de nos souvenir,nos moments partagés avec cette personne qu’on poura jamais le revoir ,un sentiment qu’on ne peut pas décrire ,ça se sent.

  5. cecile 20 mars 2013 - 00h23 Répondre

    voilà c’est un poème que j’ai trouvé très doux et calmant avec des couleurs automnales. Les images sont simples et les sonorités choisies pour leur douceur.

    “ Le Saule

    Pas un mot, pas un vent… Rien, mon Saule, n’effeuille
    Un si frêle miroir où déjà le jour meurt…
    Mais entière et parfaite est la paix qui m’accueille,
    Et mes pas semblent faits pour ces lieux sans rumeur.

    Te voici, mon bel Arbre, et si doux je les veuille,
    T’approcher de ces pas ne m’en fait pas moins peur :
    Moire offerte à mes yeux par un ciel couleur feuille,
    Trop d’espoir, trop d’amour peuple et hante mon cœur.

    Qui ne sait, beau Miroir, que la vie est un leurre ?
    Que la mort est légère à qui veut que tout meure ?
    Les bois purs de tes bras sont d’un tendre cercueil…

    Tu m’as dit bien souvent que tout vient à son heure ;
    Mais du mal – mais du bien, je ne sais – que j’effleure
    Pas un mot, pas un seul, qui défende le seuil. ”

    Louis Latourre

  6. Sonia 4 avril 2013 - 22h53 Répondre

    Pour ma tante décédée suite d’un cancer du foie et pour mon grand père.
    Mes amours vous me manquez tellement.
    On se reverra un jour je l’espère.
    Je tente désormais de vivre cette vie tendrement… MAIS…

    Quelques textes sublimes, courage à tout le monde.

     » Les enterrements, c’est pour les vivants, pour les punir de tout ce qu’ils n’ont pas fait pour les morts quand il était encore temps.  »
    Richard Powers ; Gains

    « Je ne parviens toujours pas à l’imaginer là-bas. Ca n’a pas de sens. Pourquoi enterrer un être cher dans un trou ? Où règne le froid, la saleté, où pullulent les bestioles ? Il est impossible que la vie se termine de cette manière, après tout, et après tout ce qu’elle était. Je me suis efforcé de ne pas imaginer son corps se transformant en ossements, en boue, en poussière. M’était détestable l’idée qu’elle dût affronter tout cela toute seule, comme seul j’affrontais les évènements maintenant. »
    Kami Garcia –

    « Quand un être qui nous est cher va mourir, on le regarde avec un
    regard qui se cramponne à lui et qui voudrait le retenir. »
    Victor Hugo.

  7. Amandine. 26 avril 2013 - 21h00 Répondre

    A toi mon ange.
    Difficil de se dire que tu n’est plus de ce monde.
    Je ne pouvais pas imajiner une seul seconde que tu partirais, mais surtout avec un foutu cancer, qui ta bousillier la vie mais aussi la notre.
    En nous prenant nos etre cher tu ne te rend pas bien conte que des familles meurt petit a petit chaque jour..
    Jaurais voulu que tu nous soit encore present de nos jours, nous voir evoluer est entrer dans la vie adulte.. tu navez desormais plus le choix que de nous regarder de la haut. Je taime

  8. ndoudi 13 mai 2013 - 18h59 Répondre

    la mort est comme un profond sommeil dont nul homme ne peut se reveiller;vouloir definir la mort c’est comprendre les problemes de l’existence.mourir c’est aussi decouvrir a contre gré.ici bas notre corps se melange a la terre et on dit qu’il n’existe plus mais dans cette autre dimension que connait l’ame elle -meme existe une vie.

    jnl n’doudi in sur l’ile des poetes

  9. johnny 27 février 2014 - 19h15 Répondre

    la mort d’un être cher nous fait pleurer parce que nous avons perdu quelqu’un dont nous aimions sentir la présence physique , mais elle nous aide également à accepter la réalité : nous aussi nous devons mourir un jour . Nous considérons toujours que la vie est trop courte ,même si la mort est parfois la délivrance bienheureuse d’une maladie accablante . la mort est toujours inaceptable et je souhaite que vous sachiez puiser le courage nécéssaire pour affronter cette triste réalité chers king kester que ton ame se repose en paix

  10. Rondard 5 avril 2014 - 23h32 Répondre

    nous ne sommes qu’une enveloppe corporelle et quelle que soit la destination le plus important est ce qu’elle contient à l’intérieur donc je peux te laisser partir car je ne gardes que le meilleur que tu m’a transmis avec ton cœur

  11. roubaud 15 mai 2014 - 15h56 Répondre

    Comment accepter la mort d’un enfant ,comment accepter l’inacceptable voir partir son enfant c’est nous arracher le coeur ,c’est nous plonger dans une abime dont on n’en sort jamais

  12. Mimi46 21 juillet 2014 - 14h14 Répondre

    Thibault et mort il ya que 1 ans et demis j’ai pleurer car je me disait que de mourir a 12 ans c’est pas cool je m’en voulais car je ne lui est pas pardonner pour notre dispute etc maintenant je me dit que sa vie a étais écrite comme ça qu’on peut rien y faire alors il faut plus se lamenter!! Votre proche, votre pote et mort serte mais il ne souhaite pas que vous soyez triste il veut juste que personne ne l’oublie rester humble.

  13. PINSARD 23 juillet 2014 - 00h26 Répondre

    mon époux est décédé le 5 avril 2014 et pour nous trois cela est très dur à vivre je sais qu’il est dans nos coeurs à tout jamais nous t’aimons

  14. ysatis 30 juillet 2014 - 16h53 Répondre

    Bonjour,

    J’ai tout récemment perdu mon beau-père, il y a un mois et demi, et je trouve sur votre site de magnifiques citations qui, si elles ne nous ramènent pas l’être cher, nous aide à « mieux vivre » cette perte, ce vide dans nos vies.

    Mais par pitié, attention aux fautes d’orthographe! Il y en a énormément, et c’est insupportable!!! De si belles citations et pensées gâchées par des fautes!

    Merci à tous de votre attention.

  15. Izia 25 août 2014 - 19h45 Répondre

    3 mois que nous vous pleurons, vous qui aviez la vie devant vous et non derrière. Vous avez laissé de petits orphelins : 7 semaines plus tard un de vos copains vous a rejoint. La mort arrive si vite ; elle est si insidieuse pour vous 5, nous ne pouvons y croire et pourtant vous n’êtes plus là : on ne meurt pas à 26 ou 30 ans : ce n’est pas dans l’ordre des choses pour vos parents et nous tous : je vous aime !

  16. laurence 28 août 2014 - 00h44 Répondre

    « PARLEZ NOUS DE LA MORT » …

    Alors Almira parla, disant : nous voudrions maintenant vous questionner sur la mort.
    Et il dit:

    Vous voudriez connaître le secret de la mort.
    Mais comment le trouverez-vous sinon en le cherchant dans le cœur de la vie?
    La chouette dont les yeux faits pour la nuit sont aveugles au jour ne peut dévoiler le mystère de la lumière.
    Si vous voulez vraiment contempler l’esprit de la mort, ouvrez amplement votre cœur «au corps de la vie.
    Car la vie et la mort sont un, de même que le fleuve et l’océan sont un.

    Dans la profondeur de vos espoirs et de vos désirs repose votre silencieuse
    connaissance de l’au-delà;
    Et tels des grains rêvant sous la neige, votre cœur rêve au printemps.
    Fiez-vous aux rêves, car en eux est cachée la porte de l’éternité.
    Votre peur de la mort n’est que le frisson du berger lorsqu’il se tient devant
    le roi dont la main va se poser sur lui pour l’honorer.
    Le berger ne se réjouit-il pas sous son tremblement, de ce qu’il portera l’insigne du roi?
    Pourtant n’est-il pas plus conscient de son tremblement?

    Car qu’est-ce que mourir sinon se tenir nu dans le vent et se fondre au soleil?
    Et qu’est-ce que cesser de respirer, sinon libérer le souffle de ses marées inquiètes,
    pour qu’il puisse s’élever et se dilater et rechercher Dieu sans entraves?

    C’est seulement lorsque vous boirez à la rivière du silence que vous chanterez vraiment.
    Et quand vous aurez atteint le sommet de la montagne, vous commencerez enfin à monter.
    Et lorsque la terre réclamera vos membres, alors vous danserez vraiment.

    Le prophète – Khalil Gibran

  17. garytu 1 décembre 2014 - 19h51 Répondre

    J’aimerai que le paradis
    soit équipé d’un téléphone
    pour entendre ta voie à nouveau.
    J’ai pensé à toi aujourd’hui.
    Je pense à toi tous les jours.
    Je pense à toi en silence,
    je mentionne souvent ton nom.
    Tout ce que je possède
    sont les souvenirs et des photos
    que j’ai dans un cadre.
    Dieu t’as dans ses bras,
    et moi je t’ai dans mon coeur.
    Je t’aime.

  18. Noémy 6 décembre 2014 - 10h16 Répondre

    mon frère est décédé le 6 sept 2014 et il aurait feté son anniv aujourd’hui mais il n’est plus 3 mois en ce jour.
    je m’enveux de ne pas l’avoir vu, ne pas lui avoir fait mes adieux, de ne lui avoir soutenu et tenu la main…
    si je savais que cette courte maladie t’emporterait, si seulement j’avais su …
    c’est trop dur

  19. margot 12 décembre 2014 - 11h38 Répondre

    Bonjour
    Mon père est décédé il y a 5 ans et j’aimerai faire un tatouage ( une petite phrase) qui parle d’un ange par exemple ou d’une douleur inexplicable mais je n’est aucune inspirations je suis pas très douée dans ce domaine la … Si vous avez des idées que je pourrai que je pourrai personnaliser par la suite
    Merci

  20. dessily 12 décembre 2014 - 11h44 Répondre

    Se 10 décembre tu nous sa quitter mon petit papa noél cela nous fait grand de painne nous savons que la souffrance que ces étais dur pour toi cela et fait .tu et partir joindre tout ceux qui sont parti avant toi ne t’inquiéte pas nous prendront soins de notre petite maman comme tu n’as toujours pris soins je tes mis le chapeler comme promis mais j’ai garder un morceaux pour le compléter quand j’irais te rejoindre quand mon heure auras sonnais

  21. popol 8 février 2015 - 18h37 Répondre

    la vie d’un homme,ne dépend pas de nombre de ses années mais par les souvenirs qu’il laisse.

    citation d’une mère,avant la mise à terre de son fils ministre.

  22. patrick 26 février 2015 - 08h15 Répondre

    Elle est décédé le 22 octobre 2014
    Depuis se jour l’absence le silence la tristesse la douleur
    Sont venus posées leurs grandes ailes sur ma vie
    La maladie a brisée notre vie

  23. Gelhor Babalako 26 mars 2015 - 08h35 Répondre

    Les jours se ressemblent mais se distinguent par des faits aussi invraisemblablent soient-t’il, voici 40 jours déjà que tu nous a quitté… un interval entre le quel toutes la famille a vecu des episodes sombre de son histoire et voit difficilement se former laisser par la peine et la profonde tristesse de te voir « voyager » vers ses mondes indéfinis. Tes souvenirs reste certe, mais demeure que de fantaisistes consolation de mon esprit, car rien au monde ne peut satisfaire mon inquiétude… je pris sans relâche pour que ton âme qui, je l’espère, chevauche paisiblement dans les contrées lointaines de l’invisible… PAPA telles sont mes sincères hommages

  24. czarny catherine 7 avril 2015 - 21h38 Répondre

    « Dans la vie, il n’y a pas pire tragédie que la mort d’un enfant, après ça les choses ne sont plus comme avant. » – Président Dwight Eisenhower

  25. czarny catherine 7 avril 2015 - 21h49 Répondre

    « Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis. » Victor Hugo
    pour ma très chère éléonore
    maman qui t aime

Poster un nouveau commentaire

Article recommandé